figure_160

En finir (enfin) avec l’approximation Forastero, Criollo et Trinidario ?

12 mars 2014 | Catégorie : Plantations

La classification des cacaos entre Forastero, Criollo et Trinitario ne reflète plus l’avancée de la recherche, et nous prédisons que petit à petit elle sera également supplantée par des définitions plus précises, y compris au niveau commercial. Une nouvelle classification basée sur des critères morpho-géographiques et génomiques  a été proposée en 2008.  Dix groupes ont été retenus : Amelonado, Criollo, Nacional, Contamana, Curaray, Cacao guiana, Iquitos, Marañon, Nanay, Purús[

L’article de référence est consultable sur le Web (Juan C. Motamayor, Philippe Lachenaud, Jay Wallace da Silva e Mota, Rey Loor, David N. Kuhn, J. Steven Brown et Raymond J. Schnell, « Geographic and Genetic Population Differentiation of the Amazonian Chocolate Tree (Theobroma cacao L) », PLoS ONE, vol. 3, no 10,‎ 2008 (DOI 10.1371/journal.pone.0003311). Nous nous efforcerons d’en trouver une version ; même résumée, en français.

La typologie courante :

On divise classiquement les cacaos en trois groupes : Forasteros, Criollos et Trinitarios (hybrides des deux). Cette classification sommaire se retrouve tant dans les statistiques de production que dans les argumentaires des chocolatiers (les fameux « Criollo d’exception »). Elle a le mérite d’exister et d’apporter des premiers éléments de différenciation. Rappelons que par Forastero, on entend tant les Amelonados dont l’origine est située dans le bassin inférieur de l’Amazonie que le Nacional d’Equateur. Les Forasteros d’Amazonie sont domestiqués depuis plus de 250 ans. Le Nacional l’est depuis 350 ans. Le Criollo d’Amérique Centrale est utilisé depuis près de 2000 ans. Les premières cultures de Criollo ont été développées à partir de 1525 par des moines capucins espagnols. Suite à un désastre de nature inconnue en 1727, de nouvelles graines sont introduites du Vénézuela (probablement des Forastero). Des hybridations naturelles avec d’anciens criollos donneront naissance au Trinitario.

Une nouvelle classification :

La nouvelle classification propose dix groupes, retenus et nommés en fonction de l’origine géographique ou du nom du cultivar traditionnel

  • Amelonado
  • Contamana
  • Criollo Group
  • Curaray
  • Guiana
  • Iquitos
  • Maranon
  • Nacional
  • Nanay
  • Purus

figure1

Intérêts d’une nouvelle classification :

Une meilleure classification des origines génétiques des cacaos cultivés et sauvages ne concerne

nt pas seulement les scientifiques. Elle doit également permettre de mieux comprendre comment gérer les plantations et sélectionner des plants en fonction des qualités recherchées, notamment en matière de résistance aux maladies.
Il serait également intéressant de voir si la classification proposée peut être retrouvée du point de vue de l’analyse sensorielle du chocolat provenant de ces différents groupes. Cela est évident  pour le Nacional, surement  moins pour d’autres groupes.

1 Commentaire

  1. Boucle (s) du cacao en Côte d’Ivoire | eCacaoS - […] faut attendre trop longtemps avant que les arbres produisent (jusqu’à 7 ans). La proportion d’Amenolado ne fait donc que …

Laisser un commentaire

*


Veuillez renseigner la question :


Les commentaires sont soumis à la validation de l'administrateur, ils seront traîtés dans un délai maximum de 24 heures.